top of page

Portrait de Rembrandt – Ecole hollandaise du 18e siècle

Ecole hollandaise du XVIIIe siècle, suiveur de Rembrandt Harmenszoon van Rijn, huile sur toile.

Malgré la grande proximité de notre composition avec le tableau Tronie d’un homme avec un béret à plume conservé au Mauritshuis de La Haye, ce portrait n’en est pas une copie servile mais plutôt une audacieuse interprétation qui en fait une œuvre originale. En effet, les traits du visage de Rembrandt paraissent s’être substitués à ceux du modèle choisi par le maître sur le tableau de La Haye (voir photo), donnant au connaisseur une impression de mutation. Ainsi, le portrait d’un inconnu se transforme-t-il en un nouvel autoportrait de Rembrandt. Et si l’on examine les quelques 80 représentations de son propre visage qu’a réalisées Rembrandt, il apparait que notre portrait le figure dans la seconde moitié de sa quarantaine. Nous y voyons la volonté d’un artiste de rendre hommage au génie amstellodamois. Et au-delà de la noble intention, son œuvre est une véritable exploration des moyens mis en œuvre par Rembrandt pour restituer les différents effets de la lumière. Les parties du visage les plus éclairées (nez, pommette et menton) sont peintes avec des traits couvrants clairs qui les font se détacher littéralement. Et le gorgerin, accessoire métallique pour protéger la gorge des soldats et que Rembrandt a maintes fois utilisé dans ses portraits, n’est là que pour faire réfléchir la lumière.

Notre tableau est présenté dans un cadre hollandais à profil renversé en bois noirci.

Dimensions : 59 x 44 cm – 77 x 62,5 cm avec le cadre

Rembrandt est le parangon du peintre authentiquement moderne, et parmi ses célèbres admirateurs, nous retenons ces derniers : « Rembrandt était en mesure de faire tout ce que l’art et le pinceau permettaient de réaliser, ayant surpassé tous les plus célèbres de son temps, jusqu’à aujourd’hui ». Gérard de Lairesse. « Chacun des maîtres a son royaume, son apanage… Raphaël a la forme, Rubens et Véronèse la couleur, Rubens et Michel-Ange l’imagination du dessin. Une portion de l’empire restait, où Rembrandt seul avait fait des excursions… ». Charles Baudelaire. Eugène Delacroix sera même gêné de préférer Rembrandt à Raphaël.

Biographie :

Rembrandt Harmensz van Rijn (Leyde 5 juillet 1606 – Amsterdam 4 octobre 1669) est le fils d’un riche meunier et le benjamin d’une fratrie de dix enfants dont seulement sept nous sont connus. Après une scolarité dans la prestigieuse Ecole latine de Leyde, il fait son apprentissage auprès de Jacob Isaacsz van Swanenburgh entre 1622 et 1624. Puis il passe six mois à Amsterdam dans l’atelier de Pieter Lastman. Agé d’à peine 19 ans, il est de retour à Leyde et ouvre un atelier avec Jan Lievens où il peint des tableaux d’histoire dans lesquels l’influence de Lastman est manifeste, notamment dans sa Lapidation de saint Etienne (1625, Musée des beaux-Arts de Lyon) ou son Palamède devant Agamemnon (1626, Stedelijk Museum de Lakenhal). Parallèlement, il se livre à des études de physionomies qui donnent lieu à de nombreux autoportraits et il exécute des gravures au burin et à l’eau forte. En 1628, le secrétaire du stathouder Frédéric-Henri d’Orange-Nassau, Constantijn Huygens, est en visite à Leyde et s’intéresse à Rembrandt. Dès lors, les commandes affluent et même la couronne britannique lui achète deux œuvres. L’installation de Rembrandt à Amsterdam marque un tournant. En 1632, Frédéric-Henri lui achète plusieurs toiles et lui commande un cycle de la Passion. Le chirurgien Nicolaes Tulp lui commande un portrait collectif, ce sera la célèbre Leçon d'anatomie du docteur Tulp. Cette année-là, Rembrandt peint 30 tableaux ! Deux ans plus tard, il épouse Saskia, fille d’un riche Amstellodamois. Passé maître de la guilde de Saint-Luc, il a huit élèves dans son atelier dont Ferdinand Bol et Govert Flinck. Dans les années qui suivent, Rembrandt peint une série de portraits de Saskia dont le célébrissime Fils prodigue à l’auberge ou Rembrandt et Saskia dans la parabole du fils prodigue (Gemäldegalerie Alte Meister Dresde). En 1642, Il achève La Ronde de nuit et Saskia meurt le 14 juin. Il réalise une de ses plus fameuses gravures La Pièce aux cents florins dont le Petit Palais (Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris) possède un rarissime tirage du premier état.

Bibliographie :

  • BLANC, Jan, Rembrandt, Citadelles et Mazenod, 2023

  • VAN LEEUWEN, Rudie, Rembrandt tout l’œuvre peint, Taschen, 2019

  • SCHWARTZ, Gary, Rembrandt, Flammarion, 2006

  • MANUTH, Volker et DE WINKEL, Marieke, Rembrandt les autoportraits, Taschen, 2019,

  • BOCKEMÜHL, Michael, Rembrandt, Taschen, 1992

6 300€
bottom of page